Le guide de votre bien-être à domicile

Tai Chi

Lexique

Ba duanjin
Appelés aussi les huit brocarts, les ba duanjin sont une série d'exercices de Qi gong qui préparent le corps à la pratique du Tai chi. En fait, le but de cette pratique est d'ouvrir les trois portes, c’est-à-dire libérer les épaules, la taille et les hanches, afin de faciliter la circulation d'énergie.
Méditation en mouvement
Contrairement à d’autres disciplines, où une personne essaie d'atteindre une position et de la maintenir afin de rejoindre un niveau de spiritualité plus élevé, le Tai chi tente plutôt d'étirer et libérer le mouvement énergétique afin de réussir à l'insérer dans sa vie quotidienne. En fait, cette gymnastique chinoise est considérée comme étant une méditation en mouvement.
Montreurs de bonheur
Nom donné aux professeurs de Tai chi, car cette technique va dans le sens du bonheur. En général pour devenir montreurs de bonheur, il faut commencer par apprendre à flotter avec 24 positions initiales pendant un certain temps, puis on passe à 108 puis à 127, nombre de postures de Tai chi.
Qi ou Chi
Le Tai chi est un art qui utilise le Chi, c'est-à-dire l’énergie et le souffle. En fait, la théorie à la base des bienfaits du tai chi prend appui sur le Chi car le Tai chi faciliterait la circulation de cette énergie corporelle au sein de l’organisme. C'est l'utilisation du Chi qui en fait une gymnastique incomparable.
Style Chen
Le style Chen est le plus ancien et le parent des cinq styles traditionnels de Tai chi. Le style de la famille Chen se caractérise par des postures plus basses, des enroulements de soie (chan si jin) et des éclats explosifs (fa jin). En termes de popularité mondiale, le style Chen est le troisième style.
Style Sun
Style de Tai chi créé par Sun Lutang, l’un des plus grands maîtres d'arts martiaux taoïste chinois. En réalité, son Taiji est l'aboutissement de toutes ces recherches. Dans ce style, les gestes sont souples mais très peu extériorisés car c'est la maîtrise de l'énergie interne qui prime.
Style Wu Chien
L’un des cinq styles traditionnels de Tai chi. Le style Wu Chien est caractérisé par des postures inclinées en avant et par des mouvements d'ampleur moyenne. Par ailleurs, ce style est rattaché à la famille Wu (notamment à son fondateur Wu Ch’uan-yu) et confondu avec le style Wu/Hao.
Style Wu ou Wu Hao
Le style Wu ou Wu/Hao est l'un des principaux styles traditionnels de Tai chi. Ce style de Tai chi est créé au 19ème siècle et nommé d'après son fondateur Wu Yu-hsiang. En fait, il fut enseigné ensuite par son neveu Li I-yu, puis son petit-neveu d’où son nom style Wu/Hao.
Style Yang
Le style Yang est le style de Tai chi le plus pratiqué en occident. En fait, la forme la plus connue de ce style est celle à quatre-vingt-huit pas, appelée « forme longue ». Le style Yang est moins martial en apparence. Toutefois, un enseignement complet comporte toujours des applications martiales et souvent des formes avec des armes.
Tai chi
Tai chi ou Tai-chi-chuan est une gymnastique d’origine chinoise. Il est fondé sur la pratique de mouvements fluides et souples, réalisés dans la lenteur. Entre méthode de relaxation et art martial, le Tai chi constitue un remède efficace contre le stress et la nervosité caractérisant le monde moderne. Il confère également un bon équilibre mental aux pratiquants.
Tai chi taoïste
Tai chi taoïste ou l’art interne de santé est un exercice physiologique complet. En fait, la pratique du Tai chi taoïste permet d'avoir de la flexibilité, d’améliorer la circulation, de fortifier les muscles et de délier les points de tentions du corps, notamment ceux de la colonne vertébrale.
Tan Tien
Zone du corps, située dans le ventre, où se concentre naturellement notre énergie. En général, le Tan Tien est également le centre de l'énergie vitale, le Chi. Pour les rares écoles qui en parlent comme le tai chi, il s'agit d'un concept, d'une théorie ou d'une tradition.
Tui shou
Une des pratiques de Tai chi qui est souvent traduit en poussée de mains. En général, le Tui shou ou la main poussante a pour but d'apprendre à écouter le partenaire, à travailler son équilibre, les esquives et les déviations des mouvements de l'adversaire. Un des exercices de base de cette pratique est la forme « peng lu ji an ».